Accueil - Festival - Festival 2024

Festival 2024

Pour célébrer sa dixième édition, le festival D’un pays l’Autre poursuit ses aventures dans la traduction et la littérature étrangère et transhume avec le chant des lieux, du non-humain et de l’organique.

Les sens des lieux questionneront ainsi ce que la traduction littéraire peut faire de l’écologie, de l’attention à l’autre, de l’attachement à une localité et ses balises, d’un environnement et ses multiples communautés, du langage des animaux, du vivant et des morts.

Une édition pensée autant que sentie, sonorisée autant que réfléchie, espérant toujours accompagner ce périlleux passage d’une langue à une autre sur les terrains d’une certaine idée de l’édition, ouvrant grand ses enclos aux brises contraires, aux bourgeons insolites et aux symbioses, avec la bibliodiversité comme perpétuel terreau.

Du féminisme en milieu urbain ou rural, des langues ravalées aux frontières puis déclamées en unique trésor, des déambulations comme autant de filatures sur le métier de la mémoire, des voyages cosmoroutiers, de la fantasy et des frissons diffractés aux prismes des idées queer… Tels sont les mystères qui vous feront patienter jusqu’à l’automne prochain et l’ouverture de cette édition 2024 qui accueillera entre autres Marin Schaffner, Marie-Hélène Lafon, Noémie Grunenwald, Aline Valesco, Marie Cosnay, Stéphanie Lux ou encore Pablo Martin Sanchez…

Programme du festival - Du 10 au 13 octobre 2024

10/10

Lille

Périls ou refuges des langues et des corps, aux frontières de l’Europe, grand entretien avec Marie Cosnay

Autrice, professeure de lettres classiques, traductrice, Marie Cosnay est également une infatigable activiste pour l’accueil des migrants depuis 2015 et les prémisses d’une catastrophe humanitaire sans précédent.

Avec le troisième volet de sa série Des îles, mer d’Alboran 2023 (L’Ogre, 2024) elle poursuit l’écriture d’une histoire orale de cette crise européenne. Avec la précision du documentaire, elle raconte l’action, la nécessité de reconnaître et de maintenir les liens entre les membres des familles déplacées, des êtres présents ou disparus. Au creux de chaque page il est question des frontières géographiques ou langagières, et de ce qu’elles font aux corps de celleux qui tentent de les franchir.

Nous sommes ravi·e·s de recevoir cette voix importante de l’activisme humanitaire qui viendra s’entretenir avec Dulia Lengema.

En compagnie de...

Marie Cosnay

De 16:00 à 17:00

Médiathèque Jean Levy,
32-34 Rue Edouard Delesalle, Lille
Métro Maire de Lille ou République - Beaux-Arts

10/10

Lille

Les lieux de l’enfance et leur étrangeté, une table ronde avec Violaine Bérot, Pablo Martin Sanchez et Cécile Bocianowski

Comment l’enfance et son langage peuvent-ils constituer un lieu en soi, un lieu d’étrangeté et de marginalité, où les représentations sont renversées et la hiérarchie entre les générations bousculée, dans un mélange d’innocence, de perspicacité et de violence ? À travers le regard que l’enfant porte sur son environnement autant que l’environnement porte sur elle·lui, deux textes et leurs traductions questionnent ces enjeux.

Pour son texte Comme des Bêtes (Buchet Chastel, 2021), nous recevrons Violaine Bérot et son traducteur espagnol Pablo Martin Sanchez, iels reli(e)ront entre deux langues cette fable en forme d’enquête où les habitant·e·s d’un village de montagne prennent tour à tour la parole et racontent chacun·e entre normes et violence sourde, la marginalité d’une mère Mariette et de son fils mutique, surnommé l’Ours.


En contrepoint, nous donnerons la parole à Cécile Bocianowski dont la traduction depuis le polonais de Nourrir la Pierre (Corti, 2024), récit poétique de Bronka Nowicka donne à lire le regard minutieux d’un enfant sur sa famille et les objets qui l’entourent, un étrange inventaire des sensations où l’imagination est reine et fait trembler l’environnement immédiat.

Modération : Anne-Lise Remacle

Gratuit. Réservation obligatoire.

De 13:30 à 14:45

Médiathèque Jean Levy,
32-34 Rue Edouard Delesalle, Lille
Métro Maire de Lille ou République - Beaux-Arts

10/10

Lille

Les lieux du genre en traduction, des sciences humaines aux sciences-fictions, une rencontre avec Stéphanie Lux

Dans son ouvrage Des Montagnes de questions (La Contre Allée, 2024), Stéphanie Lux nous dévoile son parcours de traductrice autodidacte de l’allemand et de l’anglais, façonné par un artisanat sensible, mouvant comme les identités dans lesquelles elle se reconnait ou non, et les domaines littéraires qu’elle explore.

Dans le sillage de ses consœurs Noémie Grunenwald et Corinna Gepner, elle viendra s’entretenir avec Louise Van Brabant pour mieux définir la substance des lieux qu’elle investit dans son travail de traduction, ceux par exemple d’une littérature de genre à la conscience politique aiguisée, qu’il s’agisse d’esthétiques queer dans la série de science fantasy Le Tombeau Scellé de Tamsyn Muir ou de glaçante dystopie technologique dans le roman Sauter des gratte-ciel de Julia Von Lucadou.

Gratuit. Réservation obligatoire.

En compagnie de...

Stéphanie Lux

De 15:00 à 16:00

Médiathèque Jean Levy,
32-34 Rue Edouard Delesalle, Lille
Métro Maire de Lille ou République - Beaux-Arts

10/10

Lille

Les lieux, la mémoire, et leurs sens cachetés, avec Pablo Martín Sánchez

« J’ai choisi, à Paris, douze lieux, des rues, des places, des carrefours, liés à des souvenirs, à des événements ou à des moments importants de mon existence. Chaque mois, je décris deux de ces lieux ; une première fois, sur place (dans un café ou dans la rue même) je décris « ce que je vois » de la manière la plus neutre possible, j’énumère les magasins, quelques détails d’architecture, quelques micro-événements (une voiture de pompiers qui passe, une dame qui attache son chien avant d’entrer dans une charcuterie, un déménagement, des affiches, des gens, etc.) ; une deuxième fois, n’importe où (chez moi, au café, au bureau) je décris le lieu de mémoire, j’évoque les souvenirs qui lui sont liés, les gens que j’y ai connus, etc. Chaque texte […] est, une fois terminé, enfermé dans une enveloppe que je cachette à la cire. Au bout d’un an, j’aurai décrit chacun de mes lieux deux fois, une fois sur le mode du souvenir, une fois sur place en description réelle. Je recommence ainsi pendant douze ans […]« 

Georges Perec, extrait de « Lettre à Maurice Nadeau » du 7 juillet 1969, dans Je suis né, Seuil, « La Librairie du XXe siècle », 1990.

Pendant plusieurs mois entre 2023 et 2024, Pablo Martín Sánchez, écrivain oulipien et traducteur espagnol (ou l’inverse, c’est comme on veut) s’est rendu à Paris pour arpenter les 12 repères géographiques consignés pendant 12 ans (entre 1969 et 1980) sous la plume de George Perec, par le prisme de l’observation ou le filtre du souvenir, et dont la somme a résulté dans la publication de Lieux.

Ce livre monde et inédit du cofondateur de l’Oulipo, enfin publié au Seuil en 2022, est une porte d’entrée idéale dans son œuvre et un voyage passionnant dans son processus créatif.

Pablo Martin Sanchez avec toute la finesse et la malice qu’on lui connaît viendra raconter à Anne-Lise Remacle son propre parcours entre ces lieux, sa démarche et ses choix dans cette ambitieuse entreprise de traduction vers l’espagnol qui devrait être publiée dans les tout prochains mois.

Pour découvrir l’ouvrage, les éditions du Seuil ont créé un site interactif et libre d’accès où il vous est même possible de créer un propre parcours personnalisé sur les traces de Perec : https://lieux-georges-perec.seuil.com/textes-introductifs/

Gratuit. Réservation obligatoire.

En compagnie de...

Pablo Martín Sánchez

De 19:30 à 21:00

Librairie La Chouette, 72 rue de l’Hôpital Militaire
59000 Lille
Métro ligne 1, arrêt Rihour

10/10

Lille

Cultiver les traces, situer leurs endroits, entre écologie et féminisme, une table ronde avec Noémie Grunenwald, Christine Lemoine et Aline Valesco

À la fin d’une vie marquée par l’engagement militant, bell hooks, voix majeure de l’afro-féminisme, est revenue s’installer définitivement dans sa petite ville du Kentucky afin d’y retrouver les lieux et les communautés qui l’ont vue grandir jusqu’à ce qu’elle ne décide de parcourir le pays pour étancher sa soif de découverte intellectuelle et de progrès social.
Dans les différents essais qui constituent Cultiver l’Appartenance (Cambourakis, 2023) elle tisse une réflexion passionnante sur ce que peut signifier le retour et le sentiment d’appartenance à un lieu aussi attachant que problématique. Sur les traces enfouies de ses ancêtres, elle retrouve les bourgeons d’une émancipation afro-américaine dans le lien à la terre et la pratique de l’artisanat.

C’est la traductrice féministe Noémie Grunenwald qui viendra évoquer son travail de traduction de ce texte de bell hooks. En même temps elle évoquera son propre lieu de liberté et d’émancipation, sa maison d’édition Hystériques et AssociéEs pour laquelle elle a co-traduit avec Christine Lemoine, le texte Fem (Hystériques et AssociéEs, 2022) de la militante Joan Nestle, icône lesbienne et anti-raciste, porte-parole des désirs butch-fem, cofondatrice de la Lesbian Herstory Archives, centre de ressources unique au monde sur les questions lesbiennes, féministes et queer.

En Andalousie, Maria Sanchez, poétesse féministe, met à profit ses déplacements en tant que vétérinaire de campagne pour observer et s’interroger sur les traces du féminisme en territoire rural où le travail des femmes et le lien indéfectible qu’elles entretiennent avec le vivant est depuis trop longtemps invisibilisé. À l’occasion de la parution de La Terre des Femmes (Rivages, 2024), sa traductrice Aline Valesco viendra évoquer cette voix mêlant l’intime, le familial et le politique, cherchant à tout prix à retarder l’extinction du monde rural et du langage qu’il porte en lui.

De 10:45 à 12:45

Médiathèque Jean Levy,
32-34 Rue Edouard Delesalle, Lille
Métro Maire de Lille ou République - Beaux-Arts

10/10

Lille

Écologie de la traduction : une conférence inaugurale par Marin Schaffner

Comment inscrire la pratique de la traduction littéraire dans une démarche écologique ?

Cette interrogation nous invite à repenser la place des traducteur·trice·s dans l’écosystème de l’édition de la littérature étrangère.

Qu’il s’agisse des voix et des langues qui sont accueillies et rendues intelligibles par le biais de la traduction, des idées et des concepts articulés, ou plus prosaïquement de l’échelle de production des maisons d’édition, tout un faisceau de questions autant pragmatiques que symboliques seront ainsi abordées sous cet angle par l’éditeur des éditions Wildproject, traducteur de Vandana Shiva ou Murray Bookchin et militant écologiste, Marin Schaffner, lors d’une conférence inaugurale qui donnera le ton de notre journée d’échanges.

En compagnie de...

Marin Schaffner

De 09:30 à 10:30

Médiathèque Jean Levy,
32-34 Rue Edouard Delesalle, Lille
Métro Maire de Lille ou République - Beaux-Arts